Viticulteurs : les TMS ne sont pas une fatalité !

La MSA de Gironde et l’Aract de Nouvelle-Aquitaine incitent les entreprises viticoles à s’engager dans une démarche de prévention des troubles musculo-squelettiques.

Malgré les nombreuses évolutions techniques et pratiques, la viticulture reste particulièrement exposée aux troubles musculo-squelettiques (TMS) qui affectent principalement les membres supérieurs (épaules, coudes, poignets) et le dos des vignerons. Des TMS qui génèrent une augmentation des maladies professionnelles et de l’absentéisme au sein des exploitations, mais aussi des coûts de plus en plus importants pour la collectivité.Face à ce constat, la Mutualité sociale agricole (MSA) de Gironde et l’Agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail (Aract) de Nouvelle-Aquitaine se sont associées pour aider les exploitations viticoles à s’engager dans une démarche de prévention des TMS.À cet effet, elles mettent à leur disposition un film et un guide méthodologique pour réduire les TMS, ainsi que plusieurs fiches pratiques portant sur les différents travaux de la vigne tels que la suppression des liens, la taille et le tirage des bois, la gestion des sarments, l’acanage (calage) ou encore le carassonnage (sécaillage).

En pratique : ces outils sont disponibles sur les sites Internet de la MSA de Gironde et de l’Aract de Nouvelle-Aquitaine.

Article publié le 20 mars 2018 – © Les Echos Publishing 2017