Aviculteurs : dépistage virologique obligatoire avant tout déplacement de palmipèdes

L’obligation de procéder à un dépistage virologique avant tout déplacement de lots de palmipèdes est prolongée jusqu’au 15 mars 2018.

En vue de prévenir le risque de grippe aviaire, les éleveurs de volailles doivent mettre en place dans leur exploitation un certain nombre de mesures de biosécurité. À ce titre, ils sont notamment tenus de faire procéder à un dépistage virologique avant chaque déplacement d’un lot de palmipèdes vers une autre exploitation.Initialement, cette obligation devait s’appliquer jusqu’au 15 janvier. Mais suite à l’apparition récente de cas et de foyers de grippe aviaire hautement pathogène dans certains pays européens, les pouvoirs publics, en accord avec les professionnels, ont décidé de la prolonger jusqu’au 15 mars 2018.En pratique, ces autocontrôles doivent être effectués sur 20 oiseaux, sélectionnés de façon à favoriser la représentativité du lot considéré, moins de 10 jours avant le déplacement des animaux. Les résultats de ces analyses virologiques, qui doivent être réalisées par un laboratoire agréé ou reconnu par le ministère de l’Agriculture, sont ensuite mis à disposition du directeur départemental en charge de la protection des populations.

Rappel : chaque année, toute unité de production de reproducteurs ou de futurs reproducteurs des espèces de palmipèdes fait l’objet d’un dépistage sérologique vis-à-vis de la grippe aviaire réalisé par le vétérinaire sanitaire de l’exploitation sur 60 oiseaux sélectionnés représentatifs.

Arrêté du 26 janvier 2018, JO du 30

Article publié le 14 février 2018 – © Les Echos Publishing 2017